Animation

Discours de Ludovic Vachet, Président

Monsieur le Préfet,
Madame la Députée,
Monsieur le Maire, cher Benoist, à qui j’adresse de très sincères félicitations pour son élection, ou tout du moins, à la victoire de sa liste hier. On se rappellera tous, naturellement, que cette première salve de compliments émanait de l’assemblée générale de L’UCIA.
Monsieur le Président de l’Agglomération, si j’ai bien compté, vous assistez en tant que Maire ou Président d’Agglo à la 20ème Assemblée de notre Union, et je ne compte pas celles en tant que Député, conseiller général ou régional. Comment ne peut-on pas s’incliner devant une telle fidélité ?
Mes chers collègues Elus du Commerce, de l’Industrie et de l’Artisanat,
Mes chers collègues des Unions commerciales d’autres villes de notre département, avec lesquels nous entretenons d’excellentes relations, qui nous permettent ensemble de mener de belles opérations, on le verra notamment à la Foire.

Cher Eddy, avec qui j’ai partagé la co-présidence pendant cette année 2019, je tenais à te remercier du travail que nous avons effectué ensemble et comprends ta décision de ne pas continuer à ce poste en raison de ta trop grande surcharge professionnelle. Mais nous aurons toujours le plaisir de te compter au sein de notre Conseil d’Administration.
Mesdames, Messieurs, dans la richesse de vos responsabilités diverses,
Mesdames, Messieurs, Chers adhérents, chers amis.

C’est avec grand plaisir que je vous accueille ce matin au Mess des entrepreneurs pour notre Assemblée Générale. Votre présence aujourd’hui, dans ce contexte difficile de post-confinement, signifie beaucoup, je dirai même plus qu’elle est symbolique.
En effet, qui aurait pu parier sur ce rendez-vous il y a encore quelques semaines ? Et bien nous ! l’UCIA ! Tout comme nous avons parié sur ce rassemblement qui a pu en surprendre plus d’un, la Messe en Drive. Le premier évènement de ce type en France.

Imaginer, en sortie de confinement, rassembler des centaines de voitures, des centaines de fidèles, sur le parking du Capitole pour célébrer une messe ? Certains auront sans doute pensé qu’il s’agissait d’une illumination, et pourtant, le retentissement du succès s’est propagé bien au-delà de notre territoire. Madagascar, l’Indonésie et bien d’autres destinations, plus ou moins exotiques. Outre l’impact médiatique et le rayonnement dont a bénéficié notre ville suite à cet évènement, nous avons prouvé que les seules limites qui existent sont celles que l’on se donne.
Je voudrais, à cet instant, remercier très chaleureusement le sens de l’écoute de Monsieur le Préfet, qui nous a autant éclairé que rassuré.
Il n’est pas dans notre ADN, et vous le savez, de se laisser paralyser par la peur. Notre ADN est constituée d’audace et de foi, celle que nous avons en l’avenir. Notre AVENIR, plagiant Saint Exupéry (dont nous fêtons aujourd’hui le 120ème anniversaire de naissance) ce n’est pas ce qui va nous arriver, mais ce que nous allons faire. NOTRE AVENIR NOUS APPARTIENT !
C’est avec cet esprit que nous avons maintenu nos autres rendez-vous de mai, avec le marché aux fleurs et le marché aux puces.
Il suffit de voir les chiffres de fréquentation pour s’apercevoir que nous étions dans le vrai, que nous avons eu raison de tenir nos positions, car la réussite appartient aux audacieux.
Je pourrais ajouter la fête des mères et la fête des pères, ces dernières semaines. Le Lancement de la revue du Chat Perché, jeudi prochain, et le rituel solstice, après demain.
Autre exemple, nous venons de vivre trois mois tumultueux, pour ne pas dire cataclysmiques, qui n’auront pas épargné nos entreprises.
C’est dans ce chaos et l’incertitude qu’est né le chèque de relance, fruit d’une collaboration efficace entre la Ville et l’UCIA.
Je profite donc de cette assemblée pour remercier la Ville, la CCI, La Chambre des Métiers et Chalenge d’avoir permis au projet d’être une telle réussite !
1 mois et demi après son lancement, + d’1 million ont été réinjectés dans l’économie locale.
Ces chiffres sont signifiants, et sons sans aucun doute les indicateurs de nouvelles habitudes de consommation et de nouveaux comportements.
Et quel moment plus propice qu’une crise pour se réinventer ?
Emparons-nous de ce renouveau et soyons optimistes !
Nos fondations sont solides, elles nous permettent toutes les audaces !
Nous n’optons pas pour la solution de facilité, celle qui est dictée par le doute. Plutôt que des annulations, engageons des reports.
Maintenons la dynamique.

C’est pourquoi, j’ai décidé de maintenir le Printemps du Jazz dans sa forme initiale, et non de l’annuler ou d’en proposer une version allégée, comme de nombreux autres évènements culturels.
Il est juste décalé à l’automne.
La 74ème Foire aura bien lieu, grâce à la ténacité de son Commissaire Général, Bruno Forget, qui s’est battu contre vents et marées… venus d’Asie.
Décalée de quelques jours, elle restera le 1er rendez-vous économique de la rentrée et surtout le 1er grand rdv post-confinement.
Parce que là, comme pour les autres évènements que j’évoquais, c’est bien de l’intérêt général qu’il s’agit !
Combien de fois ai-je entendu, puisqu’on n’a pas de visibilité, on ne fait rien. Pour moi, il n’y a pas pire que le sur-place.
N’étant pas psy, je crois pourtant que la meilleure des thérapies réside bien dans cette envie de se retrouver, de passer à autre chose.
Dans quelques jours, j’aurai le plaisir de rencontrer la nouvelle adjointe ou le nouvel adjoint au commerce, ainsi que la future vice-présidente ou le futur vice-président de l’agglomération en charge de l’économie locale.

Il me tarde de travailler ensemble, et de les accompagner dans la co-construction de la stratégie à mener sur le commerce et le centre-ville.
Soyez assurés, Monsieur le Maire, Monsieur le Président de l’agglomération, de notre engagement pour les 6 prochaines années.
Il nous faut capitaliser sur les leçons du COVID : halte à la verticalité des décisions, halte au repli sur soi.
Notre Ville, notre Agglo, ont d’immenses défis à relever, et c’est bien ensemble, qu’il faudra agir pour gagner.
Enfin, je tiens à rendre un hommage tout particulier à nos artisans et à nos commerçants, qui ont gardé leur optimisme pendant cette période trouble.
Nous avons rendu, et c’est bien normal, hommage au personnel soignant.

Aujourd’hui, je ne peux que saluer tous ces professionnels, qui, dans l’incertitude, ont puisé tant dans leurs réserves financières quand ils en avaient, que dans leur réserve mentale pour tenir le coup et ne pas craquer.

J’ai également une pensée pour toutes celles et ceux qui ont été mobilisés et ont continué de travailler pendant cette période. Tous ces métiers essentiels à la population, boulangers, plombiers, routiers, forces de l’ordre, et bien d’autres encore, nous ont permis de continuer à, en un simple mot : VIVRE !
Continuons à nous battre tous ensemble, car c’est ensemble que nous trouverons les pistes du renouveau de notre économie locale.

Merci

It appears your Web browser is not configured to display PDF files. No worries, just click here to download the PDF file.