1 2

Brigitte Provoost, la femme de l’ombre du centre-ville

publié le 08/04/2016
Source : Journal l'Union du 07/04/16

Présidente des Vitrines de Châlons depuis dix ans, elle n’a de cesse de faire bouger  le centre et ses commerçants. Un rôle taillé sur mesure pour une femme qui assure. 

Vous êtes présidente des Vitrines de Châlons. En quoi consiste cette fonction ?

Au sein de l’Union commerciale industrielle et artisanale (UCIA), la partie animation et commerces détient le label Vitrines de Châlons. J’en suis la présidente depuis dix ans. Je vais à la rencontre les commerçants pour leur proposer de devenir adhérents. Quand je suis arrivée il y en avait quatre-vingts. Aujourd’hui, ils sont deux cent vingt. C’est comme si on m’avait confié une mission, pour que ce centre-ville vive malgré tout ce que l’on peut entendre. Mon rôle est de faire venir, pour la partie animation, un maximum de visiteurs pour qu’ils deviennent des consommateurs. Je les fais venir dans le centre, après c’est aux commerçants de faire d’eux des clients. Je suis bénévole, mais c’est un bon mi-temps ! Quand on aime on ne compte pas. Le salaire d’un bénévole, c’est le sourire et un merci !

Comment êtes-vous devenue la présidente de l’association ?

Je suis née à Châlons. J’y ai grandi, travaillé. J’ai l’amour du centre-ville. Avant d’être présidente, j’étais à la commission commerce. J’ai suivi son actualité, toujours été consommatrice. C’est Sylvie Lété, l’ancienne présidente qui m’a convaincue. Aujourd’hui, je forme un bon duo avec Gabriel Barillet, animateur. Alors, certes, je n’ai pas de commerce ici (la SARL Provoost et fils est à Pogny, NDLR ), mais ça me permet d’être libre dans mes paroles et de défendre le commerce châlonnais sans que l’on pense je défends mes intérêts personnels.

Quelles nouveautés avez-vous impulsées ?

Quand je suis arrivée, avec Alain Guinoiseau qui était animateur, on a mis en place quatre animations que l’on pérennise chaque année : la Saint-Valentin, le Printemps en fleurs, l’Automne en couleurs et Noël blanc, chemin des rêves. On travaille en partenariat avec une centaine de commerçants qui participent aux concours. Il y a une belle dotation et quantité de lots à gagner à chaque fois pour inciter les gens à venir. Le visiteur du jour est l’acheteur du lendemain !

Que proposez-vous d’autre aux adhérents ?

Chaque trimestre, on fait une réunion avec les commerçants pour leur demander leur avis. On fait un débriefing sur les animations passées, on prévoit les autres. Je leur demande de venir avec leurs idées que je suis prête à mettre en place et à développer. Je suis à leur écoute. Ensuite, tous les mois ou tous les deux mois, il y a des réunions à thème, aussi bien sur le tribunal de commerce, le CRSD, les assurances. S’ils rencontrent des problèmes juridiques ou administratifs, on est là pour les aider. Le prochain rendez-vous sera « Comment parler avec son banquier ». Ces réunions sont conviviales, on peut poser des questions.

Quelle est la plus grande difficulté au sein de votre fonction ?

Il faut être très diplomate et essayer de s’entendre et se comprendre avec les entités qui gèrent le centre-ville. Et il y a le budget. On fonctionne avec les cotisations qui varient en fonction du nombre de salariés. Les commerçants participent aussi financièrement aux animations. Nous avons également un partenariat avec la Foire et nous venons d’avoir une subvention de la Chambre de commerce.

Comment travaillez-vous avec Gabriel Barillet, votre binôme ?

Il est là deux jours par semaine et présent dix à quinze jours durant les périodes d’animation. Moi je m’occupe de l’organisation, l’administratif, le relationnel. Lui, son rôle, c’est d’être sur le terrain, chez les commerçants. On est partout !

Quel est l’intérêt de faire partie des Vitrines ?

Pour être informé de tout ce qui se passe, participer, vivre son centre-ville. Être plus que jamais acteur de la vie du commerce. Des gens n’y adhéraient plus mais reviennent. Certains, malheureusement, sont contre mais n’ont jamais proposé autre chose. Deux cent vingt adhérents aujourd’hui, c’est la preuve de l’intérêt des Vitrines de Châlons.

Comment voyez-vous le Châlons de demain ?

J’aimerais qu’il retrouve son âme d’il y a quelques années. Si on commence à dire : il y a plein de choses à voir au centre-vil.le, ça donnera envie d’y aller. Je suis aussi d’accord pour faire venir de nouveaux commerces mais attention à ne jamais oublier ceux en place.

Pour conclure, que pensez-vous du Contrat de redynamisation des sites de défense (CRSD) ?

J’aurais souhaité une enveloppe pour les commerçants déjà installés pour les aider à se développer, à investir ou embaucher. J’aimerais qu’il y ait d’autres actions positives de la part de la mairie comme l’heure de stationnement gratuite dans le centre, et que l’on travaille d’avantage ensemble !

Bénédicte Tisserand

UCIA Expos ToutChalons.com Office du Tourisme de Châlons-en-Champagne CCI de Châlons-en-Champagne Cités en Champagne Ville de Châlons-en-Champagne Le Capitole en Champagne Marne Live La Comète, scène nationale de Châlons-en-Champagne
MENU