1 2

Face à face électrique entre élus et commerçants

publié le 01/06/2013

Hier, pour la présentation du rapport sur le centre-ville Face à face électrique entre élus et commerçants. Hier a eu lieu la présentation officielle du rapport rédigé par le comité stratégique (notre édition d'hier) visant à relancer le « cœur de ville », actuellement en déshérence.


DEUX pupitres, un pour le maire, l'autre pour son adjoint. Entre les deux, face aux commerçants, les dirigeants de la CCI, le président de la chambre de métiers, et les deux représentants de l'UCIA, tous assis, la mine grave.
Atmosphère lourde, hier matin dans le grand salon de l'Hôtel de ville, devant une petite cinquantaine de commerçants. Il faut dire que le rendez-vous n'avait rien de spontané, ni de décontracté.
« Facile de critiquer »
Après la volée de bois verts reçue par la municipalité lundi, lors du discours de François Levy, coprésident de l'UCIA et premier lecteur du rapport en question, chaque interlocuteur savait ce que la moindre étincelle était susceptible de déclencher.
« Les choses ne sont pas si faciles qu'il veut bien le dire », a tenté Bruno Bourg-Broc, maire de Châlons, à l'adresse de François Levy, en ajoutant qu'il est « facile de critiquer » mais « plus difficile de proposer ». Jean-Louis Devaux a pris le relais, en soulignant que la Ville « aurait tort de s'autoflageller ».
Joëlle Vasseur a été appelée à la rescousse pour défendre la politique de la Ville en matière de sécurité au sujet de la Galerie de l'Hôtel de ville.
Les élus ont ensuite continué leur présentation pendant de longues minutes, jusqu'à l'intervention de René Doucet, premier adjoint qui, après avoir évoqué les dispositifs de défiscalisation pour les problématiques immobilières, a rappelé que la grande ruine du centre-ville, sur la place de la République, la Haute-Mère Dieu, fait toujours l'objet d'un projet d'hôtel.
« Il n'est pas évident de trouver un investisseur prêt à engager plus de 7 millions d'euros », a-t-il plaidé. Le bâtiment était déjà à l'état d'abandon il y a plus de dix ans. Les fouilles archéologiques préventives auraient eu lieu.
L'allusion à ce programme a surpris François Levy. Sur ce dossier, beaucoup de commerçants suspectent la municipalité de vouloir gagner du temps.
« Plutôt light »
Après une évocation du prochain plan de communication pour l'hyper-centre, Bruno Bourg-Broc a rappelé qu'il « n'a pas de baguette magique mais une formule : « Je suis Châlonnais, je consomme à Châlons. ». »
La fin de la réunion a été tranchante. François Levy a ainsi demandé pour quelle raison le comité stratégique n'avait pas été créé plus tôt, tout en répétant que ce rapport rassemble « des vœux pieux », que l'urgence de la situation rend, à ses yeux, caducs. La réplique de René Doucet n'a pas calmé les esprits. Le dernier mot est revenu au traiteur Jean-François Deport : « Je suis effaré et agacé quand j'entends cette petite bagarre. » Jugeant le document présenté « plutôt light », l'artisan a regretté « la distance énorme entre les commerçants et vous, qui dirigez la ville ».
Au bout de la salle, la grande table servant aux réceptions de ce genre est restée vide… La petite foule a donc stationné sur le grand palier avant de s'évaporer en ordre dispersé.


Par L'union-L'Ardennais

UCIA Expos ToutChalons.com Office du Tourisme de Châlons-en-Champagne CCI de Châlons-en-Champagne Cités en Champagne Ville de Châlons-en-Champagne Le Capitole en Champagne Marne Live La Comète, scène nationale de Châlons-en-Champagne
MENU