1 2

Le comité stratégique propose...

publié le 06/06/2013
Source : Journal l'hebdo du vendredi

Ils auraient préféré que cette présentation soit programmée un lundi, jour de fermeture hebdomadaire pour la plupart d'entre eux. Mais vendredi dernier, une bonne quarantaine de commerçants est tout de même venue découvrir les idées du comité stratégique pour booster le coeur de ville. En guise d'introduction et en réponse aux critiques de François Lévy, co-président de l'UCIA (lire l'Hebdo du vendredi 31 mai), Bruno Bourg-Broc l'a volontiers concédé : le développement du commerce en périphérie a eu un impact sur le centre-ville. « Mais quand j'entends dire que la Ville n'aide pas ses commerçants, je suis surpris. Le budget alloué à l'animation a augmenté de 34 % en deux ans. Je souhaite que ces attaques cessent. Il y a assez à faire sur notre territoire pour ne pas perdre notre temps avec ce genre de choses. La démarche du comité est collective. Nous n'avons interdit à personne d'être présent. Ceci dit, on ne peut pas faire de proposition sans être présent. » Son premier adjoint, René Doucet, l'a rejoint : « Quels projets ambitieux de l'UCIA avons-nous refusé ? Ce n'est pas en se tournant vers le passé, sans regarder les défis présents, qu'on peut réussir. Mais en travaillant ensemble. » Dont acte.

Stationnement et signalétique

Concrètement, le comité s'est penché sur quatre axes de réflexion : le rayonnement économique et l'emploi, les offres commerciales, culturelles et touristiques, l'immobilier et l'appareil commercial, et l'espace urbain. Avec un mot d'ordre : « PO-SI-TI-VER ! », dixit Jean-Louis Devaux, son président, adjoint au commerce. « Cette stratégie doit être gagnante-gagnante, pour les commerçants comme les consommateurs. » Pour attirer les gens en centre-ville, rien de tel que de leur permettre d'y habiter, d'y travailler, d'y consommer, et de s'y divertir. Et, avant cela, d'y stationner. « Dans deux ans, la délégation de service public va changer pour la gestion du stationnement en centre-ville et dans la Galerie de l'Hôtel de Ville. Peut-être l'occasion de modifier notre cahier des charges, d'adopter de nouvelles solutions. » D'ici là, un nouvel aménagement pour faciliter l'accès et la circulation dans le parking souterrain de la GHV sera étudié, ainsi que l'amélioration de la signalétique en centre-ville et de la sécurité des piétons. Parallèlement, les Vitrines de Châlons et la municipalité ont planché sur une campagne de communication visuelle pour fédérer les acteurs du centre et promouvoir ses commerces, via le label « Coeur de Châlons ».

Le droit de préemption commercial envisagé

Plus complexes mais également abordées, les lois de défiscalisation Malraux et Duflot, pour encourager la reconversion des immeubles en déshérence et y créer des logements ou des cellules commerciales. Dérogation oblige, la Ville et Cités en Champagne ont d'ores et déjà sollicité auprès du Préfet l'inscription du territoire dans le dispositif Duflot. Et parce que l'attractivité passe d'abord par l'activité, le comité s'est aussi penché sur le fléau des rideaux baissés, en particulier rue de Marne. S'il n'est question pour l'instant que d'une réflexion, le droit de préemption commercial urbain (loi Dutreil) pourrait à terme être instauré à Châlons. Le directeur général de la CCI, Gabriel Francart, abonde : « Nous devons rester vigilants sur les projets des créateurs ou repreneurs d'entreprise. Ils doivent être formés et présenter un budget équilibré. A partir de là, pourquoi ne pas expérimenter la location d'espaces par la collectivité, la CCI ou d'autres agences publiques, qui les sous-loueraient ? Avec possibilité de transférer le bail au commerçant installé si son activité s'est suffisamment développée. »
Enfin, à ceux qui déplorent le trop plein de boutiques de téléphonie, d'assurance et autres services rue de Marne, le premier magistrat explique que « les commerçants s'installent où ils veulent, où ils voient leur intérêt. Je n'ai pas à leur imposer ou à leur interdire quoi que ce soit concernant leur implantation. » Et de conclure, applaudi par la salle : « Si je suis Châlonnais, je consomme à Châlons. Le développement du centre-ville nous concerne tous. » Prochaine étape : la mise en place d'une cellule opérationnelle pour assurer la réalisation de ces actions.

Sonia Legendre

UCIA Expos ToutChalons.com Office du Tourisme de Châlons-en-Champagne CCI de Châlons-en-Champagne Cités en Champagne Ville de Châlons-en-Champagne Le Capitole en Champagne Marne Live La Comète, scène nationale de Châlons-en-Champagne
MENU