1 2

Mardi soir, à L'Atelier du cabinet ACG Les vœux offensifs de l'UCIA

publié le 10/01/2013

Dominique Petitcolin, vice-président de l'Union commerciale, a mis les points sur les i en appelant chacun à s'investir pour cette nouvelle année.

« L'IMPORTANT, c'est aujourd'hui », a rappelé Dominique Petitcolin, en citant Goethe devant une centaine de personnalités rassemblées mardi soir dans l'ancienne chapelle des Sœurs de l'Adoration, rebaptisée L'Atelier pour sa nouvelle vie.
Les vœux de l'UCIA ont débuté classiquement par un bilan de l'année 2012. Le constat est plutôt positif, puisque l'Union commerciale a connu une foire exceptionnelle, avec un record d'exposants et de visiteurs, et s'est vue remettre les clefs d'un parc des expositions flambant neuf, aux côtés du Crédit Agricole et de Vega.
« Cet impôt imbécile »
Il s'agit maintenant de renouveler ce succès en 2013. « Nous allons passer à l'offensive ! » a prévenu Dominique Petitcolin. Il s'agit pour l'UCIA d'être encore plus proche de ses adhérents, par un travail sur le terrain, mais également en apportant un soutien à ceux « qui refusent de payer cet impôt imbécile, taxe créée par je ne sais quel technocrate en mal de sensations perverses, qu'est cette taxe sur la panneautique commerciale ». Des oreilles ont certainement sifflé à la mairie de Châlons. Être offensif, estime le vice-président de l'UCIA, c'est vouloir construire. « Nous sommes en concurrence frontale avec les villes du département, qui lui-même est en concurrence avec d'autres », a-t-il souligné, en évoquant le G10 et le rapprochement de Reims, Épernay et Châlons.
L'UCIA fait le vœu de nouvelles ressources dans la ville, et d'une nouvelle réflexion sur la redynamisation de l'activité commerciale. Il s'agit de prendre les problèmes à bras-le-corps. Et ils sont nombreux. L'UCIA cite notamment les 1 500 m2 de locaux vides à la GHV, les commerces vides dans le centre-ville, les friches industrielles « qui se multiplient alors qu'on construit encore des entrepôts ». De la même façon, des « centaines de logements sont vides », ce qui n'empêche pas, constate toujours Dominique Petitcolin, de construire de nouvelles habitations. « Depuis qu'on a rendu effervescent la toponymie de notre ville, qu'est-ce qui s'est passé ? » s'interroge-t-il.
Le maire, présent dans la salle, a écouté le discours jusqu'à son point final. Les entrepreneurs châlonnais attendent clairement un changement de méthode.

Sébastien LAPORTE

UCIA Expos ToutChalons.com Office du Tourisme de Châlons-en-Champagne CCI de Châlons-en-Champagne Cités en Champagne Ville de Châlons-en-Champagne Le Capitole en Champagne Marne Live La Comète, scène nationale de Châlons-en-Champagne
MENU